16 Feb 2017 | Claudio Di Manao

Plongée culte : l’USAT Liberty

L’épave de Tulamben

Emplacement : Bali, Indonésie

GPS : 8° 16' 28.80” S  - 115° 35’ 34.77” E

Type de plongée : épave

Accès : plage

Niveau : débutant à expert

 

LE CADRE

La plage de Tulmamben, située au nord-est de l’île de Bali, est une longue étendue de sable noir et de galets d’origine volcanique. Derrière les centres de villégiature et les pelouses longeant la mer, se profile le volcan Agung, qui a joué un rôle important dans l’avènement de l’une des plongées les plus célèbres de l’île. C’est à ce géant de plus de 3 000 m que l’on doit le magnifique lit de sable noir au fond de l’eau, où poissons et nudibranches deviennent fluorescents par contraste, mais aussi le naufrage final de l’USAT Liberty. Le Liberty a coulé en deux étapes. En janvier 1942, il fut torpillé par un sous-marin japonais dans le détroit de Lombok. Il fut ensuite remorqué jusqu’à la plage de Tulamben, où le navire fut sauvé et toute la cargaison récupérée. Mais en 1963, le tremblement de terre provoqué par l’éruption du volcan Agung fit glisser le navire sous l’eau à une profondeur comprise entre 9 et 35 mètres.


QUE PEUT-ON Y VOIR ET À QUELLE ÉPOQUE DE L’ANNÉE ?

On peut plonger sur le Liberty toute l’année. La visibilité oscille entre 10 et 25 m. Pendant les périodes pluvieuses, de novembre à mars, la visibilité peut être réduite à son minimum. La température de l’eau est toujours douce, entre 23 et 28 degrés.

Depuis la côte, le fond de sable noir offre d’innombrables images et indices visuels : on y devine nudibranches et autres mollusques colorés, gobies, poissons-coffres et étoiles de mer.


L’épave repose entre 6 et 10 m de profondeur, à une distance d’environ 30 m de la page. La coque, de 120 m de long, est inclinée sur un côté, parallèle à la côte.

L’épave en tant que telle n’offre pas un grand intérêt : toute la cargaison a été récupérée, et la Marine américaine ainsi que les habitants du coin ont commencé à la dépouiller de ses parties métalliques lorsqu’elle se trouvait encore à moitié hors de l’eau.

Ce qui la rend unique est sans nul doute l’incroyable vie marine qui s’est développée tout autour. Des coraux mous allant du blanc au rose en passant par le lilas, aux dimensions parfois impressionnantes, ont recouvert les poutres métalliques. Les parties du pont supérieur qui sont restées intactes servent de support vertical à une grande variété d’éponges et de petites gorgones. Le côté de la coque qui est tourné vers le haut présente moins de concrétions, mais constitue un lieu de rencontre pour des nuées de carangues, de fusiliers, de barracudas, de sérioles, et parfois de poissons-lunes. Tout autour de l’épave, on peut facilement apercevoir des bancs de poissons-perroquets (Bolbometopon muricatum) et de platax, mais également de poissons solitaires tels que des poissons-grenouilles, des rémoras pygmées, des poissons-fantômes et des mérous.


Un post condiviso da Rully Hendrawan (@ruhendrawan) in data:


LE BRIEFING

L’entrée et la sortie de cette plongée se font depuis la côte. Le long de la plage, des femmes du coin proposent de transporter l’équipement des plongeurs jusqu’au point de mise à l’eau le plus proche, c.-à-d. en face d’un petit temple balinais. Il ne faut surtout pas se sentir gêné d’accepter les services de ces « porteuses » : elles appliquent des tarifs suisses.

L’épave est toujours très fréquentée. Mieux vaut essayer d’en faire le tour en évitant les foules. La plupart des plongeurs préfèrent, comme toujours, l’intérieur de l’épave, qui est la partie la plus profonde et la plus propice aux enchevêtrements (étrange cet attrait, n’est-ce pas ?). L’intérieur offre pourtant moins de satisfaction que l’extérieur, car il ne permet pas d’effectuer de longues navigations. Il offre néanmoins des jeux de lumière et des vues panoramiques très pittoresques lorsqu’on regarde à travers les grandes ouvertures vers l’extérieur.


Le palier de sécurité à cinq mètres est ce qui rend cette plongée inoubliable. À cette profondeur, au-dessus de l’épave, on peut facilement se retrouver au milieu de nuées de poissons.


ATTENTION


Les courants, la météo et l’état de la mer peuvent rapidement prendre les plongeurs au dépourvu. Le risque d’enchevêtrement constitue le danger le plus important de cette épave. À certains endroits, il est très facile de rester coincé.


LOGISITIQUE ET CONNEXIONS

Accès : plage

Guide : non requis. Des dizaines de centres de plongée bien équipés opèrent à Kuta, Denpasar, Tulamben, etc.

Aéroport : Denpasar - DPS



Télécharger l'article
Partager ceci

Articles associés