19 Mar 2019 | Claudio Di Manao

Plongée culte : les trésors de Jackson Reef (2repartie)

Jackson Reef (Égypte) : une sorte de parc d’attractions pour les plongeurs, combinant des montagnes russes et cinq plongées totalement différentes. Nous célébrerons sa richesse et sa beauté, en soulignant ses particularités et ses dangers potentiels. Après le premier article consacré à Lighthouse, Garden, North Jackson, poursuivons cette série d’articles en explorant les deux plongées les plus éprouvantes : Ras Goma et Sella/la machine à laver.

Jackson Reef : Ras Goma

GPS : mise à l’eau (si différent de Jackson Nord)

  •  28° 0'42.41"N
  •  34°28'19.35"E

Niveau : avancé - technique

Scénario

Démarrant à une profondeur d’environ 50 mètres sur la partie nord-ouest de Jackson Reef, le récif satellite encore vierge de Woodhouse Reef se dirige vers le sud et s’élève peu à peu pour rejoindre la partie ouest du récif voisin. Il s’agit de l’un des véritables trésors de Sharm el Sheikh, bien que les centres de plongée qui ne disposent pas d’un canot gonflable y prévoient rarement un saut.

Que peut-on y voir, et quand ?

De gigantesques coraux mous, des gorgones et des acropores : ce récif est entièrement couvert d’éponges et de petits coraux ! On y rencontre souvent de grands mérous, des tortues de mer, des raies aigle, de grands thons et des requins à pointe blanche de récif. On y rencontre aussi, plus rarement, des requins-marteaux, des requins dormeurs, des requins gris de récifs et, parfois, des dauphins.

BRIEFING

Vous pouvez pénétrer dans l’eau près de l’épave Lara, sur la partie nord-ouest de Jackson Reef, ou nager directement dans le bleu à la recherche de requins-marteaux, si vous n’êtes pas resté trop longtemps sous les 20 mètres ou avez encore suffisamment d’air. En suivant le courant vers le sud, vous vous dirigez vers la partie ouest de Jackson Reef, légèrement vers l'extérieur. À partir d’un certain point, le fond marin commence à s’élever doucement et présente une formation ressemblant à une petite crête à environ 50 mètres. Le meilleur point d’observation se trouve de l’autre côté de la crête, qui se prolonge jusqu’au bassin entre Jackson Reef et Woodhouse Reef, comme une sorte de récif satellite. Lorsque la partie extérieure devient très raide et irrégulière, vous êtes proche du bassin. À cet endroit, et en fonction des courants, vous pouvez choisir de revenir à la surface au niveau du magnifique jardin marin, ou de continuer vers la partie ouest de Woodhouse Reef, qui présente un très beau mur vertical à cet endroit ainsi que de nombreux coraux mous.

ATTENTION

  1. Ne plongez pas si la partie ouest de Jackson Reef et Woodhouse Reef présente des vagues.
  2. En présence de courants intenses, et en raison du profil du fond marin, de fortes turbulences peuvent survenir.
  3. Au vu de la profondeur, il est conseillé d’effectuer la plongée en configuration technique, avec un apport en gaz et une décompression suffisants, en particulier si vous souhaitez également plonger dans le grand bleu au milieu des requins-marteaux.
  4. Dans tous les cas, essayez d’atteindre la profondeur maximale au cours de la première moitié de la plongée.





Jackson Reef : Sella/Washing Machine

GPS: point d’entrée de Woodhouse Reef

  •  28° 0'12.78"N
  •  34°28'3.23"E

Niveau : plongeurs experts - avancé

Scénario

Les courants provenant du sud à cet endroit ont suffisamment de temps et d’espace pour prendre de la vitesse sans trop de turbulences le long de la côte de Woodhouse Reef, une bande madréporaire d’environ un kilomètre de long. Imaginez une épaisse couche de coraux mous menant à une étendue de petits coraux et d’éponges, qui vous rappellerait une prairie fleurie en montage, peuplée de grands animaux se nourrissant de matière organique et frappée par des courants violents entre deux récifs au milieu d’un détroit. Il s’agit de la plongée la plus redoutée par les équipes et les responsables des centres de plongée à Sharm El-Sheikh.

BRIEFING

Elle n’est possible que lorsque la mer est calme et que les courants proviennent du sud. Vous entrez dans l’eau sur la partie est de Woodhouse Reef, juste après le canyon, en équilibre neutre et sans palmer, au milieu de formations de patates de corail, de coraux mous et de pinacles, sur un fond marin allant de 13à18 mètres. Vers la fin du récif, le courant s’intensifie et le paysage s’orne de petites gorgones. Si vous pensez avoir atteint la vitesse maximale lors d’une plongée dérivante, vous avez tort. Lorsque le récif semi-émergé passe sous l’eau, la véritable aventure commence… C’est comme entrer dans une machine à laver. Il est préférable de commencer l’équilibrage, car à cet endroit, les courants vous pousseront vers l’avant et vers le fond, notamment lorsque des vagues se forment. Une fois que vous êtes arrivé sur le canyon, les courants en formation commencent à tourbillonner et peuvent facilement vous isoler de votre partenaire ou de votre groupe. Si vous rencontrez des problèmes, il est préférable de couper immédiatement par la gauche et de prendre le virage de Woodhouse Reef pour revenir sur le côté opposé. Si vous continuez, vous subirez l’effet extraordinaire des lois de Darwin : c’est à cet endroit que les requins recherchent des poissons fatigués ou distraits afin de s’en nourrir. Le lieu le plus sûr se trouve près du fond, à environ30 mètres. À la fin du périple, la petite pente qui monte vers Jackson Reef sonnera comme une terre promise.

ATTENTION

  1. Évitez de plonger si la partie est de Jackson Reef présente des vagues. Même si vous prévoyez une escapade près de la pointe de Woodhouse ou une virée sous-marine, les courants peuvent devenir puissants près du mouillage au niveau de Jackson et une simple crampe peut suffire à vous emmener dans une zone extrêmement dangereuse où le sauvetage est difficile, même avec un canot gonflable.
  2. Tous les plongeurs qui tentent cette aventure doivent être équipés d’un parachute de palier, car il est très facile d’être emporté à l’écart du groupe et de votre partenaire.
  3. La maîtrise de la flottabilité et la capacité à gérer les courants sont ici essentielles, mais les conditions peuvent être si extrêmes que l’expérience peut ne pas suffire pour respecter la vitesse de remontée et les paliers de sécurité.




Remerciements

A Franz, Andrea Zuccari, Francesco Pipino et Dr Adel Taher, qui avec leur expérience m'ont aidé à mieux comprendre ce récif et ses lois.

Télécharger l'article
Partager ceci

Articles associés