29 Oct 2020 | Michael Menduno

#Divelocal, ou comment la plongée a repris sa place

Regardez autour de vous et lancez-vous !



Important : la situation épidémiologique et réglementaire évoluant constamment, nous ferons de notre mieux pour vous informer et vous tenir au courant de tout changement chez DAN Europe. Veuillez noter que les activités de plongée peuvent être actuellement limitées dans certains pays ou certaines régions. Nous vous conseillons de vous tenir au courant des dernières réglementations et restrictions émises par les autorités nationales, régionales, locales ou administratives de votre pays de résidence.Vous pouvez également consulter la carte PADI COVID-19 sur le statut de la plongée sous-marine.


Il se passe quelque chose de nouveau, d'organique et de plutôt prometteur dans le monde de la plongée, en réponse à la pandémie de Covid-19, certainement dû à notre prédisposition naturelle à l'exploration. Je parle bien sûr du mouvement en plein essor au sein de notre industrie autour de la plongée de proximité - #divelocal ou #PlongezPrèsdeChezVous - qui permet de redécouvrir les joies de la plongée à côté de chez soi, que ce soit dans une carrière, une rivière, un lac, un loch, une plage ou, si vous avez de la chance, une grotte immergée de sa région.

"Pas besoin de voyager pour partir à l'aventure", explique Cristian Pellegrini, directeur du marketing de DAN Europe. "Si vous n'êtes pas en mesure de voyager en toute sécurité, concentrez-vous sur les sites de plongée près de chez vous. L’équipe DAN se joindra à vous".

Cette nouvelle tendance autour de la plongée près de chez soi est un véritable coup de pouce pour soutenir notre sport préféré en ces temps difficiles. Mais c'est aussi une opportunité pour chacun d'entre nous de s'épanouir, de devenir un meilleur plongeur, et une chance de redécouvrir nos racines. C'est de cette façon d’ailleurs que la plongée sportive a commencé !

Le jour où le monde de la plongée a retenu son souffle

Cela fait sept à huit mois que la pandémie a commencé à se propager dans le monde subaquatique, confinant une grande partie de la population mondiale, bouleversant nos entreprises et nos vies. En réponse, l'éditeur de DeeperBlue.com Stephan Whelan et moi-même avons publié un article examinant la profondeur et l'ampleur de l'impact initial du Covid-19 sur la communauté des plongeurs, intitulé de façon apocalyptique "The Day The Diving Stood Still".

À l'époque, nous n'avions pas vraiment idée de ce à quoi nous étions confrontés. On s'attendait à ce que la pandémie dure jusqu'à l'été et nous avons spéculé sur la possibilité et la manière dont notre industrie pourrait survivre à un arrêt de trois, quatre ou même six mois, ce qui constituerait clairement une menace pour sa survie. Aujourd'hui, plus de six mois plus tard, alors que le virus continue de faire des ravages et que les analystes du secteur du tourisme avertissent que les voyages internationaux pourraient être sérieusement perturbés pendant des années - avez-vous vérifié les prix des billets d'avion dernièrement ? - nous nous sommes rendu compte que nos premières estimations étaient malheureusement naïves.

Quoi qu'il en soit, la pandémie a démontré de façon frappante à quel point notre vie et nos pratiques de la plongée étaient devenues dépendantes des voyages de plongée, au niveau national comme international. Qu'il s'agisse de suivre une formation, de participer à des stages de plongée, de photographier la faune sauvage, ou de réserver des vacances à bord d'un bateau de croisière ou pour toute destination de plongée exotique, jusqu'à la pandémie, pour faire de belles plongées, il fallait généralement prendre l'avion, et la plupart du temps à destination d'un pays étranger.

Une envie irrépressible de retourner sous l’eau

Par chance, les plongeurs forment un groupe d'irréductibles qui ne peut résister à l'envie de se mettre à l'eau. Il n'est donc pas surprenant que ce n'était finalement qu'une question de temps avant que les plongeurs ne commencent à se rendre au spot le plus proche, que ce soit une carrière, un lac, une plage ou un gouffre de leur région, dès que les restrictions locales ont commencé à s'assouplir, afin de combler leurs besoins les plus profonds. Leurs actions ont contribué à mettre le cap pour relancer notre industrie.

PADI, qui forme sans doute la majorité des gens à la plongée, a été l'une des premières organisations à identifier cette tendance et à réaliser son importance capitale pour la reprise d'activité dans le monde de la plongée. Elle a ainsi mis en œuvre des ressources considérables pour soutenir et amplifier ces efforts de remise à l'eau des plongeurs et lui a attribué un hashtag. Elle a ainsi aidé les membres de PADI ainsi que tout le secteur à progressivement se rétablir et à survivre.

À partir de mars, PADI a organisé plus de 400 webinaires sur la "survie des entreprises" pour ses membres et a élargi son offre d'e-learning (formation en ligne). Ils ont produit la vidéo "Love, Your Local Dive Shop" en avril, une carte mondiale de l'état des conditions de plongée avec le Covid-19, et l'application PADI Adventure qui aide les utilisateurs à trouver des sites de plongée près de chez eux, en mai. Et ce n'était que le début. Tout au long de l'été, PADI a organisé des webinaires pour promouvoir la plongée de proximité en Europe et dans certaines régions d'Asie. Prêt pour un nouveau baptême de plongée ?

Elle a également lancé une vaste campagne de relations publiques à l'échelle mondiale pour promouvoir la plongée et son apprentissage de chez soi. Les résultats ? La campagne a généré des centaines d'articles dans les principaux médias comme BBC, Forbes, The Guardian, National Geographic, MSN Singapour, The Sun, USA Today, The Washington Post, Women's Health. En voici quelques exemples : "During the Lockdown Why Not Learn to Scuba Dive from Home?", ou encore "How the scuba community is navigating the pandemic’s uncharted waters."

PADI a rapidement été rejoint par d'autres grands noms de la plongée comme Cressi, DAN Europe, Fourth Element, Girls that Scuba, Mike Ball Expeditions, RAID, Scuba Pro, Shearwater et SSI pour n'en citer que quelques-uns, et le mouvement #Divelocal était né !

"PADI a ouvert la voie et nous sommes heureux de les rejoindre avec nos partenaires du monde de la plongée et nos agences ; nous sommes tous sur la même longueur d'onde", a souligné M. Pellegrini. "C'est l'un des rares mouvements sur lesquels nous sommes tous d'accord. La plongée près de chez soi est clairement la meilleure solution".

Réfléchir au niveau mondial, plonger au niveau local

Il est utile de rappeler que la plongée a commencé comme une activité strictement locale. Au début, il n'y avait ni voyages organisés ni croisières de plongée dans des destinations lointaines. Souvent, la plupart des premiers équipements, notamment les masques, les palmes, les combinaisons, les lampes, les dévidoirs, les plaques dorsales et les dispositifs de flottaison (vous vous souvenez des bouées ventrales ?) étaient faits maison.

Je me souviens encore de mon cours d'Open Water au milieu des années 70. "Mission Eau Froide, premier épisode" : nous plongions sur un site de ma région nommé "The Breakwater", une plage de gravier bordée par une digue en forme de L, longue de plusieurs centaines de mètres. C'est là que les instructeurs emmenaient généralement leurs nouveaux élèves. La visibilité était inférieure à deux mètres et malgré ma combinaison en néoprène de 7 mm, je ne pouvais pas m'empêcher de claquer des dents dans l'eau de mer à 9°C. "Promis, ça ira mieux avec le temps", nous avait déclaré notre instructeur alors que nous négociions notre retour dans les vagues. Heureusement, comme je l'ai appris plus tard, il disait la vérité.

Maintenant que nous sommes en pleine pandémie, nous avons une nouvelle opportunité de passer du temps à revisiter et à explorer les sites de plongée près de chez nous, et, avec un peu de chance à en découvrir de nouveaux. Les avantages sont multiples. C'est, par exemple, l'occasion d'explorer des sites que vous n'avez jamais visités ou pas depuis un certain temps. N'hésitez pas à partir à l'aventure et essayez de plonger dans un tout nouvel endroit.

C'est aussi l'occasion d'essayer de nouveaux équipements de plongée. Si vous trouvez que les eaux près de chez vous sont un peu trop fraîches à votre goût, pourquoi ne pas investir dans une combinaison étanche pour rester au chaud, après avoir passé la spécialité pour son utilisation ? Vous ne seriez pas le seul de toute évidence. Le fabricant de matériel de plongée Fourth Element m'a dit qu'il constatait une augmentation considérable des ventes de combinaisons étanches en Chine, ce qu'il n'avait jamais vu auparavant. Vous pouvez aussi investir dans un scooter de plongée pour que vous et vos amis puissiez partir de la plage vers un site plus lointain. Les possibilités sont presque illimitées.

Vous pouvez également compléter votre formation de plongée en suivant un cours dans votre région. En fait, la plupart des organismes de formation ont étoffé leurs offres d'e-learning (formation en ligne) pour soutenir leurs instructeurs locaux. Certains, comme le RAID, proposent même la gratuité pour la formation en ligne. N’aviez-vous pas envie de suivre ce cours sur le nitrox, la théorie de la plongée, la combinaison étanche, les scooters sous-marins, l'apnée, la photographie sous-marine ou encore d'améliorer votre flottabilité et votre position dans l'eau ? Il y a une multitude de connaissances qui vous attendent ; étanchez votre soif de savoir ! Mieux encore, c'est peut-être le moment idéal pour votre partenaire ou d'autres membres de la famille d'apprendre la plongée. Une excellente idée, n'est-ce pas ?

Ou peut-être êtes-vous intéressé par la protection de la planète ? Que diriez-vous de participer aux efforts de nettoyage et de préservation de votre région ? Comme ceux de Project Aware de PADI par exemple ? Ou pourquoi ne pas vous inscrire à un projet de science participative et ainsi commencer à explorer, documenter et protéger les écosystèmes de votre région grâce au projet Baseline. On ne le répétera pas assez : Réfléchissez à l'échelle mondiale ! Plongez au niveau local !

DAN vous protège enfin quand vous plongez à domicile

Ironiquement, DAN Europe a vu le jour au début des années 1980 alors que les voyages de plongée commençaient à prendre leur envol et que des destinations comme Sharm El Sheikh, Malte et les Maldives étaient en plein essor - voir l'article "La nécessité, mère de l'invention". Aujourd'hui, l'organisation recentre ses efforts pour aider à promouvoir et soutenir la plongée de proximité.

C’est ainsi que l'équipe de DAN Europe a récemment fait équipe avec des biologistes marins pour étudier les écrevisses d'eau douce endémiques de la réserve naturelle des sources de Pescara à Popoli en Italie, située à seulement un peu plus d'une demi-heure de route du bureau des opérations continentales de DAN. L'étude aidera les scientifiques à mieux surveiller les types, la distribution et la santé des écrevisses qui peuplent la réserve. C'est le premier de plusieurs projets locaux auxquels l'équipe prévoit de participer et de soutenir à l'avenir.



En outre, DAN Europe propose plusieurs options d'adhésion qui soutiennent spécifiquement la plongée près de chez vous. La première est l'adhésion de base à DAN, qui ne comprend pas d'assurance. L'adhésion vous donne accès 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 à la ligne d'assistance de DAN et aux conseils médicaux de plongée, à MyDAN et à l'application DAN, plus que jamais utile.

Deuxièmement, l'organisation est en train de lancer un produit d'assurance "Protection Plongée Locale" qui vous couvrira exclusivement en cas d'accident de plongée survenant dans votre pays de résidence. Comme vous le savez probablement, même si votre pays dispose d'un système de santé national solide, il ne fournit probablement pas les connaissances spécialisées et l'assistance requises pour les accidents de plongée ou ne couvre pas intégralement la thérapie hyperbare. La garantie "Protection Plongée Locale" de DAN vous fera économiser de l'argent par rapport à son assurance plongée classique axée sur le voyage. Les détails seront bientôt annoncés.


« Même si votre pays dispose d'un système de santé national solide, il ne fournit probablement pas les connaissances spécialisées et l'assistance requises pour les accidents de plongée ou ne couvre pas intégralement la thérapie hyperbare. »


Enfin, DAN Europe invite les plongeurs à participer en partageant notre nouvelle orientation collective sur la plongée près de chez soi autour d’eux. N'hésitez pas à utiliser les hashtags #divelocal, #divesafe dans vos posts sur les réseaux sociaux et à taguer @DANEurope. Si vous avez un récit de plongée près de chez vous que vous souhaiteriez partager, vous pouvez également envoyer un e-mail à editor@alertdiver.eu.

"Vous serez peut-être surpris d'apprendre, en faisant vos recherches, que chaque pays a des sites de plongée incroyables", a expliqué Laura Marroni, vice-présidente senior de DAN. " On n'y trouve pas forcément des eaux chaudes et limpides avec des poissons colorés, mais on peut trouver à côté de chez soi une beauté et une splendeur inattendues, que ce soit en plongeant sur des épaves de Vikings dans les eaux glacées de la mer du Nord, en dérivant le long d'une rivière de montagne alimentée comme nous l'avons fait récemment depuis les sources de Pescara, en découvrant les grottes d'eau thermale de Budapest ou de Toscane, ou en découvrant combien de sortes de nudibranches on peut identifier lors d'une plongée au départ d’une plage de l'Adriatique ".

Et d’ajouter : "N’hésitez pas à explorer le monde aquatique qui vous entoure. Et comme vous vous en souvenez sûrement, vous aurez toujours un binôme de plongée discret et bienveillant à vos côtés avec DAN".




Avant votre départ, assurez-vous d’être en ordre d’affiliation à DAN ! Si ce n’est pas le cas, vous pouvez devenir membre ou renouveler votre affiliation à l’adresse www.daneurope.org.

L’affiliation à DAN englobe des services fournis par le plus grand réseau international d’assistance aux plongeurs, où qu’ils se trouvent dans le monde et quelle que soit l’urgence à traiter.




À propos de lauteur

Michael est un journaliste et technologue récompensé qui a écrit sur la plongée et la technologie de la plongée pendant des décennies. Il a inventé l’expression « plongée technique ». Son travail a été publié dans des magazines tels que Alert Diver, DIVER, Quest, Scientific American, Scuba Times, Sports Diver, Undercurrent, Undersea Journal, WIRED ou encore X-Ray. Il a fondé aquaCORPS et en a été le rédacteur en chef, qui a contribué à faire entrer la plongée technique dans le courant dominant de la plongée sportive. Il a également produit les premières conférences Tek, EuroTek et AsiaTek.

Télécharger l'article
Partager ceci

Articles associés