15 Mar 2022 | Andy Torbet

Y a-t-il un technicien médical de plongée sur place ?

Revue de la formation DMT (Diver Medic Technician) de DAN Europe

Lors des nombreuses expéditions, opérations et projets auxquels j'ai participé, qu'ils soient militaires, exploratoires ou scientifiques, il y a toujours quelques compétences incontournables et essentielles à avoir au sein de son équipe. Un membre du personnel médical, idéalement familier avec les types de blessures et de maladies susceptibles de se produire sur les lieux et lors des activités que vous entreprenez, est indispensable.

Les formations en secourisme valent la peine d'être suivies. Elles nous donnent la confiance nécessaire pour faire face aux situations, nous permettent d'aider ceux qui en ont besoin et rassurent les autres sur le fait que quelqu'un peut leur venir en aide en cas de problème. Cependant, une formation de base peut ne pas nous fournir les aptitudes requises pour faire face à des problèmes plus graves, plus compliqués ou plus pointus, en particulier si nous sommes trop loin de toute assistance normalement fournie par les services d’urgence, par exemple, en mer, sous terre ou dans une région reculée du monde.

Un stage de technicien médical avancé, tel que les stages en médecine que j’ai suivis pour mon travail au sein d’équipes de sauvetage en altitude et en souterrain, permet d’approfondir ses connaissances théoriques et pratiques. Ces aptitudes peuvent sauver des vies là où celles de personnes n’ayant reçu qu’une formation aux premiers secours peuvent ne pas suffire. Cependant, certaines des lésions et des pathologies auxquelles nous sommes potentiellement exposés en tant que plongeurs sont différentes de tout autre problème médical et ne sont donc pas couvertes dans une formation classique. Certaines affections, comme les piqûres de méduses ou les tympans percés, ne sont pas inconnues en dehors du monde de la plongée, mais restent rares. D’autres, comme les accidents de décompression, ne se manifestent que chez les plongeurs et requièrent donc un technicien médical spécialisé – le technicien médical de plongée (DMT ou Diver Medical Technician).

J’ai suivi la formation dispensée par Chantelle Newman, instructrice DAN Europe et fondatrice de The Diver Medic. Une telle formation se déroule normalement sur dix jours, mais il est désormais possible de suivre une grande partie des notions théoriques en ligne avant de participer à cinq jours de formation pratique. Le programme en ligne couvre l’ensemble des sujets à l’aide de présentations, de lectures, de matériel audio et vidéo et peut être suivi selon son rythme et ses obligations. Dans mon travail, j’ai des horaires irréguliers et j’ai tendance à avoir un emploi du temps chargé. Il est peu probable que j’aurais pu consacrer deux semaines complètes à cette formation. Cependant, travailler en ligne tout au long des semaines précédant une formation de groupe de cinq jours en présentiel était tout à fait gérable.

 

Une formation de base peut ne pas nous fournir les aptitudes requises pour faire face à des problèmes plus graves, plus compliqués ou plus pointus, en particulier si nous sommes trop loin de toute assistance normalement fournie par les services d’urgence, par exemple, en mer, sous terre ou dans une région reculée du monde.

 

Bien que, dans un monde post-Covid 19, nous sommes plus disposés à apprendre en ligne, certains sujets doivent être enseignés, pratiqués et vérifiés "en chair et en os". Il est essentiel que la deuxième semaine se déroule en présentiel, avec d'autres participants, pour permettre à chacun de poser des questions et d'échanger autour d'expériences réelles différentes et de points de vue divergents. Les participants peuvent ainsi se forger une vision aussi large que possible des différents scénarios, écueils et solutions possibles.

Vous aurez également la possibilité de vous exercer à utiliser du matériel de diagnostic médical sur de vraies personnes, de suivre des scénarios réalistes et de mettre en pratique des méthodes de traitement, avec les autres participants ou avec des mannequins de soins médicaux, selon les conditions de sécurité. Ce temps dédié à la pratique est essentiel car le cours n'est pas conçu pour fournir un niveau de connaissances théoriques permettant de passer un examen écrit, mais pour former des personnes capables de venir en aide aux autres en conditions réelles.

Le cours, à la fois en ligne et en situation pratique, couvre tous les sujets d'une formation de secourisme de base et avancée, mais aborde également comment mesurer, enregistrer, évaluer, réévaluer et interpréter les signes et symptômes du blessé afin de déterminer la marche à suivre. Ces techniques comprennent l'utilisation de matériel pour surveiller et tester la glycémie, la fréquence cardiaque, la saturation en oxygène des tissus, la pression artérielle et l'urine. Les informations obtenues grâce à ces méthodes vous permettront de diagnostiquer et de traiter beaucoup plus de problèmes qu'une personne uniquement formée aux premiers secours. Des techniques plus avancées avec le matériel associé sont également enseignées : gestion avancée des voies aériennes, pansements, pose d'attelles, gestion de problèmes dentaires, points de suture, cathétérisation et perfusion intraveineuse.

 

Ces aptitudes peuvent sauver des vies là où celles de personnes n’ayant reçu qu’une formation aux premiers secours peuvent ne pas suffire.

 

Ensuite, il y a les sujets spécifiques aux plongeurs. Sur le terrain, j'ai constaté que les accidents lors d'un voyage de plongée ont tendance à être moins inhabituels, mais ils ne sont pas nécessairement moins graves, tels que des coupures profondes, des os cassés, des articulations disloquées, des commotions, des anaphylaxies, des hypothermies, des insolations, des crises cardiaques, etc. J'ai vu plus d'accidents se produire sur un bateau que sous l'eau. Ces compétences médicales de base sont donc importantes. Mais contrairement à un médecin généraliste, nous, plongeurs, devons être capables de traiter les problèmes les plus courants ainsi que ceux spécifiques à la plongée.

J'ai déjà mentionné les accidents de décompression, mais il y a aussi les lésions des oreilles, des sinus, des poumons et des yeux dues aux changements de pression que nous subissons, un risque accru de noyade, la toxicité de l'oxygène, ainsi que l'empoisonnement au monoxyde ou au dioxyde de carbone. Nombre de ces risques sont peu susceptibles de se produire sur la terre ferme mais peuvent être relativement fréquents en plongée. La formation est régulièrement améliorée et mise à jour. J'ai récemment remarqué de nouveaux sujets tels que la recompression dans l'eau et la médecine improvisée, qui sont utiles dans des endroits reculés. La mise à jour inclut également des sujets tels que les enfants en plongée, ce qui reflète le nombre croissant de jeunes qui pratiquent ce sport.

Aucun technicien médical d'urgence n'a pour but de guérir les gens. Le but est de retarder la dégradation de leur état de santé, de manière à ce qu'ils puissent être transportés vers un hôpital disposant d'un nombre suffisant de spécialistes et d'équipements pour les stabiliser et commencer à les soigner. Une formation de secourisme permet à une personne d'acquérir les techniques de base pour traiter des problèmes simples afin de maintenir une personne en vie jusqu'à l'arrivée des secours. Une formation telle que celle de technicien médical de plongée permet d'acquérir les aptitudes nécessaires pour faire face à des situations beaucoup plus compliquées et graves et d'apporter un soutien à une victime sur des durées prolongées.

 

Il n'est pas exagéré de dire que ces aptitudes font toute la différence dans une situation qui, autrement, pourrait entraîner un décès.

 

Les aptitudes supplémentaires en matière de diagnostic et de traitement des victimes de risques spécifiques à la plongée sont également essentielles lorsque l'on plonge dans des zones reculées. Cet éloignement ne concerne pas forcément un lac amazonien ou les profondeurs d'un système de grottes indonésien, mais un bateau de croisière se trouvant à plusieurs heures de l'aide d'un professionnel peut avoir à gérer une situation qu'un médecin généraliste, non formé à la médecine hyperbare, aurait du mal à gérer. Il n'est pas exagéré de dire que ces aptitudes font toute la différence dans une situation qui, autrement, pourrait entraîner un décès.

J'ai suivi pour la première fois une formation de ce type dans les forces armées britanniques (Defence Diver Medical Technician), il y a presque 20 ans. Depuis, je me suis recyclé tous les deux ans pour maintenir à jour mes certificats et mes aptitudes. Cela me donne non seulement la confiance nécessaire pour apporter de l'aide en cas de besoin, mais aussi les compétences nécessaires pour que cette aide soit réellement utile. Une vie dans le domaine de la plongée, qu'il s'agisse d'une carrière professionnelle ou d'un loisir, est un parcours jalonné de connaissances accumulées. Mais les connaissances acquises lors de cette formation pourraient sauver une vie.




À propos de la formation DMT

La formation Diver Medic Technician (technicien médical de plongée) est destinée à tous les plongeurs qui pratiquent la plongée loisir, technique, scientifique, militaire, de police, et de sécurité incendie, ainsi qu'aux plongeurs travaillant à distance. Cette formation vous permet d'acquérir les compétences nécessaires pour faire face aux urgences en plongée. Les plongeurs loisir sont confrontés à des situations différentes de celles des plongeurs commerciaux (scaphandriers) qui travaillent dans des conditions très dangereuses. Pourtant, le taux d'accident et de mortalité parmi les plongeurs loisir est plus élevé, et leur niveau de formation médicale plus limité.

La formation Diver Medic Technician ne vous apprendra pas à plonger, mais à sauver des vies et à contribuer au traitement des blessures liées à la plongée. Elle vous apprendra à travailler sous pression et à prendre les décisions importantes pour sauver des vies.

Son contenu couvre : l'évaluation de l'incident et du blessé, de l'anatomie humaine, les méthodes de surveillance des signes vitaux, les méthodes de prise en charge d'un blessé sur site et pendant le transport, l'évaluation et la gestion des voies aériennes au moyen de dispositifs adaptés, l'administration d'oxygène, la RCP et l'utilisation de DEA, la gestion des hémorragies mineures et graves, la suture, les intoxications, et bien plus encore.




À propos de l’auteur

Andy Torbet est un explorateur sous-marin écossais, plongeur spéléo professionnel, parachutiste, apnéiste et alpiniste, réalisateur de films et présentateur de télévision. Andy est un membre et un ambassadeur de longue date de DAN Europe.




Traducteur : Florine Quirion

Télécharger l'article
Partager ceci

Articles associés